Créations à venir

Création 2019 

STEP, titre provisoire

Le questionnement sur le rapport entre le texte et le corps, les liens qui peuvent se tisser entre les deux sur une scène, est au centre de ma démarche artistique.

Depuis mes premières créations, chaque spectacle naît d’une urgence à dire, à mettre en scène et en corps, un texte.

Après la mise en mouvement d’une légende pastorale berbère « Ali le simple » en 2002, ce sont les auteurs Bernard-Marie Koltès, Stéphane Beaud, Dario Fo et Dostoïevski, qui m’ont inspiré. Pour ma dixième et dernière création en 2016, j’ai choisi le roman de Daniel Pennac L’Oeil du Loup qui me permettait de retrouver la magie du conte mais également la question du rapport à l’autre et du parcours géographique/existentiel, depuis toujours, au centre de mon travail.

Afin d’élargir mes techniques de danse, je me suis intéressé ces dernières années aux danses de couple et à l’univers du bal. L’exploration musicale et chorégraphique de ces danses afro-américaines, notamment le jazz roots et le lindy hop, qui font partie de l’histoire du hip-hop, m’a permis un retour aux origines essentiel, donnant du sens à ma démarche créatrice.

« Danser pour la survie » : ces danses sont nées pendant la Grande Dépression aux Etats-Unis. En constante évolution, comme la musique jazz, ces danses sont le fruit d’une expression viscérale et intuitive.

Le film documentaire de Mura Dhen The Spirit Moves: Une histoire de la danse sociale noire sur film, 1900-1986 qui relate l’évolution de la danse sociale afro-américaine tout au long du XXe siècle m’a convaincu de poursuivre la réflexion.

C’est ainsi qu’est né le projet de ma nouvelle création : raconter l’histoire de l’évolution de la danse dans la culture populaire.

Raconter cette histoire, c’est raconter l’histoire d’une urgence sociale, humaine, celle de corps, parfois opprimés, qui ont trouvé dans la danse une voie de libération. Celle d’un élixir unificateur, presque cérémoniel, reflet multiple de sociétés qui ont évolué. Voyager sans mots, parcourir sans texte, l’histoire de ces corps.

Pour la première fois donc, s’impose à moi, une création sans texte originel.

Comme Ettore Scola dans son film Le Bal, l’absence de texte dit, se fera au profit de musiques populaires représentatives de leurs époques.

Ce spectacle provisoirement intitulé « Step » évoquera ces danses sociales et leurs enjeux, les thèmes universels de l’identité/altérité. Routines, danses de couples, comme autant de pas vers l’autre, sur fond de musique jazz.

Selon André Hodeir (1921 – 2011) violoniste, compositeur, arrangeur, musicologue, écrivain français, « le jazz est insaisissable parce qu’il est avant tout une musique vivante, en vertu de la part qu’il réserve à l’improvisation et en vertu d’une utilisation spécifique du rythme dont résulte le swing, terme qui désigne, dans le domaine de la boxe, un coup porté en balançant le bras et qui renvoie, dans le domaine du jazz, à une accentuation, à une impulsion particulière créant un effet de balancement. »

C’est ce balancement qui structurera la pièce, d’une danse à une autre, d’une époque à l’autre, d’un personnage à l’autre.

Accompagné de danseurs qui ont également un parcours riche et ouvert sur d’autres pratiques – danseurs qui étaient présents lors des premiers spectacles de la Compagnie – j’ai choisi, pour cette création, des artistes aux univers singuliers : Jérémy Orville – danseur hip-hop et contemporain mais aussi magicien -Ludovic Tronchet – danseur hip-hop, percussions corporelles, danseur de claquettes. Deux danseuses issues de la danse contemporaine/hip-hop mais ayant également une pratique de la danse de couple, choisies lors d’une audition, participeront également à cette création.

En rapport avec l’influence du film documentaire de Mura Dhen, qui m’a beaucoup inspiré dans ce nouveau projet, le travail de la vidéo pourra être développé sur scène.

Farid Ounchiouene.

 

Cette catégorie ne contient pas de projet.